Share |


Eurasso.fr, la mission s’arrête

 

Territoires
Archives 2016

Associations & territoires/Crajep haute-Normandie s'exprime sur l'arrêt du finacement de la plateforme numérique "Eureasso".

"Eureasso, Le Conseil Départemental de l'Eure se désengage. À compter du 18 juin, le financement de la plateforme numérique n'est plus assuré. Le contrat que nous avions signé pour une durée de quatre ans a été rompu à mi-parcours. Aucun motif autre que budgétaire ne nous a été communiqué

Depuis un an, le groupe de pilotage prévu au contrat, associant les élus et les services du Département ne s'est pas réuni. À notre connaissance aucune évaluation n'a été faite sur le fonctionnement et l'utilité de la plateforme. Les seuls éléments d'information sont ceux contenus dans les rapports d'activité que nous avons rédigés chaque trimestre. Le 17 juin, 1200 associations avaient un compte sur Eureasso.fr en augmentation de 25% depuis septembre dernier; cela représente au moins 25% des associations actives du Département.

Nous le soulignons régulièrement, les associations sont aux côtés des entreprises et des collectivités, le troisième pilier du développement territorial. Les associations, elles aussi, doivent affronter des mutations profondes: réforme des territoires, réorganisation des financements, bouleversement de l'engagement bénévole, vieillissement des outils de fonctionnement...révolution numérique.

Avant la mise en place des lois de décentralisation, au début des années 80, les associations locales étaient accompagnées par des mouvements et fédérations associatives soutenues par les services de l'État. Pendant près de quarante ans, ces organisations ont largement contribué à aménager les territoires : pas un canton sans une MJC, un centre social, un foyer rural, un centre de loisirs, une amicale laïque...Aujourd'hui, la majeure partie des associations locales ne sont membres d'aucun réseau. On peut certes, y voir la manifestation d'une liberté, mais c'est aussi le risque pour les associations de se replier sur elles-mêmes, de se couper de leur environnement.

99% des entreprises ont en 2016, moins de 50 salariés. Ce seuil signifie pour la plupart d'entre elles, l'absence de comité d'entreprise, cette instance mise en place au sortir de la guerre pour traiter de l'environnement du travail. De fait, les entreprises sont pour leur gestion des ressources humaines, aujourd'hui plus qu'hier, dépendantes du territoire environnant. Ainsi par exemple, de la prise en charge des enfants des salariés, première cause d'absentéisme au travail. On peut développer des crèches inter-entreprises. Mais les enfants ont besoin d'une prise en charge bien au-delà de trois ans et l'école occupe à peine 10% de leur temps. Cet exemple illustre la contribution du tissu associatif à l'économie d'un territoire.

Au moment où l'attractivité est le maître mot de l'aménagement des territoires, les collectivités ont tout intérêt à pouvoir compter sur un tissu associatif de qualité, animé par des bénévoles ouverts aux besoins des familles, à l'écoute des mutations du monde.

C'est dans cette perspective que depuis plusieurs années déjà, Associations-et-Territoires tente d'investir les réseaux numériques et de les mettre à disposition des associations locales. Internet, fonctionnant 24h sur 24, accessible de la plupart des endroits, peut facilement être mis à disposition des associations. Par cet outil on peut partager l'information, valoriser les bonnes pratiques, diffuser des usages, établir le lien entre les territoires, mais il faut pour cela que les associations s'ouvrent aux pratiques numériques et acceptent  d’adapter en conséquence, leur propre fonctionnement... C'est dans cet état d'esprit que nous avons animé la plateforme numérique Eureasso.

Maintenant, les contenus ne sont plus actualisés, les associations locales ne peuvent plus s'adresser à Eureasso pour les accompagner, trouver ou faire passer une information...

On peut pointer les économies immédiates que représente ce désengagement pour le budget départemental, mais on peut aussi s'inquiéter pour le devenir des associations et au-delà, le devenir des territoires de l'Eure. Un tissu associatif replié sur lui-même, vieillissant, c'est aussi des territoires moins attractifs, des populations moins mobilisées, un tissu social moins dense..., la porte ouverte à bien des dérives...

L'ordre et le mouvement sont deux facettes indissociables des sociétés contemporaines. Abandonner le soutien aux associations c'est prendre le risque de n'avoir ni l'ordre, ni le mouvement mais plus probablement à terme, la "Chienlit" comme aurait dit en son temps, le Général De Gaulle."

Contact 
Philippe Thillay
pthillay@associations-et-territoires.net 

Autres Informations 2016

Cnajep