Share |


"Histoire(s) en mouvement(s)" - Les actes de la journée

 

Publications
et ressources
Archives 2016

Publication des actes de la journée "Histoire(s) en mouvement(s)", qui a eu lieu à Mont-de-Marsan le 27 octobre 2012.

La jeunesse et l’éducation populaire dans les Landes
";Le foisonnement dans lequel elle est née, la fougue qui a accompagné son développement et la nostalgie qu’elle peut susciter aujourd’hui, font qu’évoquer l’éducation populaire n’est jamais chose aisée. La diversité de ses pratiques et l’orthodoxie qui, avouons-le, s’y rattache parfois, rendent encore plus délicate l’ambition d’en faire une histoire. Les enjeux n’en restent pas moins importants et d’une grande actualité.

Dans les Landes, comme ailleurs, l’éducation populaire s’est faite dans l’ardeur des engagements personnels et des mobilisations collectives, souvent nés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans le sillon des fédérations émergentes et des mouvements originels. Ces ambitions d’émancipation et de partage, alors portées par quelques-un(e)s constituent aujourd’hui pour le territoire un marquage culturel fort. Si elle n’en constitue pas le creuset exclusif, la jeunesse, à travers les colonies de vacances notamment, représente dans le département un champ où l’Educ’ pop’ a pris son essor et où se donnent à voir de nombreuses traces de ces années fondatrices.

Ces empreintes se retrouvent aujourd’hui, en filigrane, dans les champs de la jeunesse, de l’action culturelle et de la vie associative. Elles ont contribué à les façonner, en ont assis la légitimité et en constituent désormais un cadre de référence. Paradoxalement, malgré cet apport et une place centrale dans le quotidien des Landais(e)s, cette histoire et son actualité ne sont pas suffisamment valorisées. Le corollaire de ce déficit, écho de la recherche permanente de légitimité de l’éducation populaire, se retrouve dans la faible quantité des fonds présents aux Archives qui se résument aux documents de la GMSL, Grande Mutualité Scolaire landaise. Or, bien que le fil de son histoire se noue souvent avec celle de personnages mémorables et le parcours de nombreux landais, cette institution ne saurait résumer l’écheveau de la jeunesse et de l’éducation populaire dans les Landes. La disparition soudaine de plusieurs possesseurs de cette mémoire a brutalement renforcé cette prise de conscience et mis en avant les enjeux qui y sont liés.

La mise en place en 2010, par le Département des Landes, d’un cycle de conférences dédié à la jeunesse et à l’éducation populaire relève de cette nécessité d’en valoriser et d’en organiser le patrimoine. Pour ne pas perdre l’héritage d’une idée en perpétuelle devenir, celle « d’ouvrir toutes les routes », cette ambition avait également vocation à nourrir une réflexion sur la définition moderne d’un projet collectif d’éducation populaire.

Cette mise en perspective ne pouvait s’envisager que dans un cadre partagé ; celui d’un groupe de travail réunissant institutions, associations et individuels, tous acteurs et témoins de l’impact de la jeunesse et de l’éducation populaire sur un territoire. Une mobilisation semblable, au début des années 2000, avait déjà permis la rédaction d’une Charte de l’éducation populaire diffusée nationalement.

Aujourd’hui, grâce à l’investissement de chacun, départi de toute revendication de «vérité générale», c’est une histoire populaire, parmi d’autres restant à faire, qui se retrouve dans ces actes. Tout en rendant hommage aux grandes figures qui l’ont jalonnée, ce document illustre par sa richesse la parfaite combinaison entre la reconnaissance d’un héritage et l’ouverture d’un espace des possibles.";

 

 
Cnajep