Share |


Réforme des retraites : non au sabordage de notre pacte social !

 

Presse
Archives 2010

Devant la détermination du Gouvernement à faire passer en force son projet de réforme des retraites, le Cnajep appelle à poursuivre la mobilisation lors de la journée d’action du 23 septembre.

Un débat confisqué

En dépit de l’ampleur de la mobilisation du 7 septembre, le Gouvernement et la majorité semblent vouloir rester sourds aux inquiétudes et aux revendications exprimées par les partenaires sociaux et la société civile. Cette stratégie de contournement des corps intermédiaires exclut les citoyens et leurs organisations représentatives (syndicats, associations, etc.) de la définition d’une réforme qui engage pourtant l’ensemble de la société.

« Impuissance publique » ?

En martelant que cette réforme est « nécessaire », le Gouvernement cède au fatalisme et à la résignation. Ce discours ne peut que nourrir la défiance des citoyens (notamment des jeunes) vis-à-vis du politique et de sa capacité à préserver les acquis sociaux et à protéger les citoyens de l’insécurité sociale et économique dans laquelle la crise les a plongés.

Les retraités : des bons à rien ?

Les débats actuels tendent à présenter les retraités comme des inactifs à la charge de la société. C’est oublier que les retraités disposent de temps libre et de compétences qui peuvent être mis au service d’activités éducatives, culturelles, sportives, etc. Le dynamisme de l’engagement bénévole des séniors contribue ainsi à tisser des réseaux de solidarité entre les générations. Cette richesse sociale essentielle doit être promue et valorisée.

Quelles perspectives pour les jeunes ?

Les jeunes risquent de se trouver doublement pénalisés par la réforme :

  • Il leur est demandé de contribuer à un système de solidarités dont ils ne pourront vraisemblablement pas bénéficier eux-mêmes, si ce n’est dans des conditions dégradées.
  • Les jeunes devront travailler plus longtemps, alors même qu’ils évoluent dans un marché du travail largement précarisé (difficultés chroniques d’accès à l’emploi, instabilité croissante des parcours professionnels, etc.).

Les jeunes ne pourront se satisfaire d’une réforme qui hypothèque un peu plus leur avenir.

 
Cnajep