Share |


Dans la Somme, des jeunes dépassent les frontières pour partager leur vision de l’environnement et du changement climatique

 

Actualités
du secteur
Archives 2015

Un article paru dans le magazine La Vie

Promouvoir la paix à travers les échanges internationaux. En Picardie, comme dans plusieurs régions de France, l'association Concordia favorise la rencontre avec des jeunes du monde entier, en accueillant des étrangers et en permettant à des Français de partir ailleurs.

« L'international, c'est chez nous ! » Forte de cette conviction, Livia Di Napoli, étudiante de 22 ans, a choisi d'effectuer un service civique au sein d'une association trop peu connue, Concordia. Créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par des Allemands, des Anglais et des Français épris de réconciliation, ce mouvement d'éducation populaire- qui porte bien son nom - rassemble des jeunes d'Europe et d'ailleurs. Son projet ? Promouvoir la paix à travers des voyages, des projets de développement et des chantiers, dans le cadre d'un volontariat international, de courte ou de longue durée.

Depuis des mois, Livia prépare une session qui doit rassembler à Amiens (Somme), du 18 octobre au 1er novembre, vingt-cinq jeunes volontaires européens sur le thème de l'écologie. « Dans un monde où chaque pays a tendance à se replier sur lui-même, où les frontières apparaissent comme de fausses et illusoires sécurités, j'avais envie de participer à un projet qui contribue à développer l'amitié entre les peuples et la compréhension de l'autre. » Organisée avec le soutien de l’Europe par le biais du programme d’Erasmus+, autour du changement climatique et de la Cop 21 (conférence sur le climat qui aura lieu fin novembre à Paris), cette session accueillera pendant la Toussaint des jeunes de Grèce, d’Espagne, de Pologne, d’Allemagne et de France.

« Ensemble, nous pourrons partager notre vision de l’environnement et du changement climatique ainsi que les bonnes pratiques en cours dans nos pays respectifs. Nous pourrons aussi rencontrer des intervenants et visiter des structures sur différentes thématiques : les habitudes alimentaires, le gaspillage, la mobilité douce, la gestion des déchets et la consommation d’eau. » A l'issue du stage, les volontaires rassembleront dans un livre-blanc leurs suggestions, leurs idées, et les bonnes pratiques qu'ils auront retenues. Ce livre sera officiellement remis aux élus de la région, le 30 octobre, afin d'apporter des propositions concrètes aux décideurs de la Cop 21. « Tous les projets que nous portons ont pour objectif de favoriser les échanges entre cultures et générations », affirme Livia. Qu'il s'agisse de rénover une église en Auvergne, de protéger des espèces animales menacées au Mexique, de promouvoir les droits des enfants en Inde, d'animer un orphelinat en Russie, de donner des cours d'anglais au Kenya ou de nettoyer une plage polluée au Canada. « Pour bâtir un monde meilleur, tout est possible avec Concordia ! »

D'après les statuts de l'association, les 1 300 membres de Concordia (dont 20 salariés et 200 animateurs bénévoles) se déclarent volontaires « pour transformer la société, en agissant de différentes manières et à différents niveaux pour la rendre plus juste, plus solidaire, plus constructive et plus soucieuse d’égalité et de paix ». Présente dans neuf régions françaises, cette association est donc à dimension locale et internationale. « Participer à un chantier international, c'est faire le choix de mener bénévolement une action d’intérêt général. » Ce travail d'utilité collective, en milieu rural ou urbain, ne nécessite pas de compétence particulière. Construction, rénovation du patrimoine, sauvegarde de l'environnement, animation auprès d'enfants, les chantiers mis en œuvre impliquent un groupe de 15 à 20 volontaires en lien avec les habitants du lieu qui prennent une part active à la réalisation du projet.

« Penser global, agir local, » (Think global, do local) : les jeunes de Concordia reprennent volontiers à leur compte ce slogan du premier sommet de la Terre, en 1972, à Stockholm. C'est la raison pour laquelle, ils savent bien que les chantiers internationaux ne sont ni des centres de vacances ni des lieux de ré-insertion. S'inscrire sur un chantier ne peut être que le fruit d'une démarche personnelle, le plus souvent avec le désir de se rendre utile, mais aussi de rencontrer la population locale ou les volontaires internationaux. « Ce peut être aussi l'occasion de se rencontrer soi-même », confie Livia. Comme beaucoup de jeunes de sa génération, la jeune femme se dit assez pessimiste sur l'état du monde et sur ce que lui réserve l'avenir. « Mais je n'ai pas non plus envie de me résigner. C'est pour ça que je me suis engagée à Concordia. J'espère que beaucoup d'autres jeunes nous rejoindront. Nous avons besoin du monde, mais je pense aussi que le monde a besoin de nous ! »

En savoir plus
Concordia, Délégation régionale Picardie-Nord-Pas-de-Calais, 8 Allée des Riez, chemin des Vignes, 80090 Amiens.
Tél : 03 22 39 06 47.
Mail : picardie.npdc@concordia.fr
Site : www.concordia.fr
Facebook : https://www.facebook.com/AssociationConcordia?fref=ts

Retrouvez Livia Di Napoli dans l'émission
Carnets de campagne diffusée vendredi 16 octobre à 12h30 sur France Inter, animée par Philippe Bertrand.

 
Cnajep